d&b série SL, cardio pleine bande

November 4, 2017

Lors d’une visite du pavillon Pritzker de Chicago, tout à la fois œuvre d’art contemporain et lieu où se déroulent nombre de concerts, nous avons pu, par pure aubaine, découvrir un système SL complet en démonstration - photo Eric Moutot/192k.

 

 

 

La série SL se présente comme la référence ultime du fabricant allemand en termes de qualités et d'ambitions. Elle se destine aux grands stades, salles et festivals.

Ce système line array compte aujourd'hui quatre produits ; les têtes GSL8 et GSL12 (respectivement 80 et 120° d’ouverture horizontale), et les subs SL-SUB et SL-GSUB (à pendre pour le premier et poser pour le second).

 

Les solutions de diffusion qu'elles permettent de constituer revendiquent des caractéristiques inédites ; extension de la bande passante dans les graves, de la dynamique, ainsi qu’une dispersion cardioïde sur l’ensemble de la bande passante.

 

Directivité contrôlée

 

Un des objectifs de la marque était d’étendre le contrôle de directivité des boîtes vers les basses fréquences, tout en conservant une courbe de réponse comparable dans l'axe et hors axe, afin que la balance tonale du son diffusé reste identique où que se trouve l'auditeur dans la zone de couverture.

 

A gauche, la dispersion d’une enceinte J, à droite une GSL, à 50 Hz, dans les mêmes conditions de pression acoustique au point de référence. À gauche, la dispersion est pratiquement concentrique, arrosant pour ainsi dire autant l'arrière et les côtés que la zone utile. Avec le nouveau modèle d'enceinte, on retrouve la forme cardioïde caractéristique et son atténuation radicale à l'arrière de l'enceinte.

 

 

 A l’horizontal, la gamme des fréquences considérées. A la vertical, l’angle de dispersion en plus et moins à partir de l’axe central. Ce tracé est celui d’une enceinte « classique ». On voit un vrai contrôle de directivité jusqu’à 200 Hz, puis un élargissement de la dispersion. Sous 100 Hz, on se retrouve en omnidirectionnel.

 

 

Avec une enceinte GSL, la directivité est correctement contrôlée sur tout le spectre. On voit même un résultat un peu meilleur que la limite basse des 50 Hz.

 

 

Haut-parleur à membrane virtuelle

 

D&b n’a jamais aimé, pour ses têtes, utiliser des haut parleurs de grandes dimensions. Pour la boîte GSL, le bureau d’étude a déterminé que le diamètre physique optimum du haut parleur de grave devait être de 13,8’’. Ainsi, les boîtes contiennent-elles derrière la grille deux haut-parleurs basses fréquences de 14’’, travaillant en bass-reflex, dans un volume qui occupe une bonne partie de la boîte. L’originalité intervient dans l’ajout sur les flancs gauche et droit de deux haut-parleurs de 10’’, dans deux plus petits volumes, également en bass-reflex. Avec cette disposition originale, et en respectant un positionnement précis lié aux longueurs d'onde à considérer, mais aussi des caractéristiques de dynamique identiques entre les haut-parleurs, d&b est parvenu, par une mise en cohérence constructive totale, à contrôler la directivité de la boîte jusqu'à la fréquence de 50 Hz. À noter que la combinaison des deux HP permet d'obtenir l'équivalent d'une membrane frontale de 16,8’’.

 

Le design des médiums est plus traditionnel, rappelant ce qui était fait pour la série V. La marque a retenu des haut-parleurs de 10’’ tout en veillant à ce que la construction de l'ensemble occupe le moins de place possible dans le volume où s'expriment les deux haut-parleurs graves frontaux de 14’’.

 

Pour les aigus, le travail a été focalisé sur l'optimisation du guide d'onde, pour la mise en phase de l’ensemble, entre autres.

 

Au total, on retrouve huit haut-parleurs dans chaque boîte GSL.

 

 

Architecture d’une boîte GSL, avec la particularité des deux HP latéraux qui contribuent à la dispersion focalisée du son jusqu’à 50 Hz. Remarquez aussi l’alignement temporel physique entre l’axe des haut-parleurs latéraux et les moteurs médium.

 

 

Augmenter la dynamique

 

Le fabricant allemand a voulu profiter du travail de design de ces nouvelles enceintes pour optimiser la dynamique de certaines plages de fréquences. La première concernée est dans les basses, autour de 50 à 60 Hz, avec l’objectif d’un gain de 6 dB. Headroom supplémentaire, qui s’en plaindra ?

La deuxième se situe autour de 4 à 5 kHz, avec un but affirmé d’augmenter l'efficacité du logiciel maison array processing, destiné à homogénéiser la réponse en fréquence en fonction de la distance d'écoute. Cette « réserve » de pression acoustique dans les fréquences haut médium sera exploitée par le logiciel pour les boîtes travaillant à longue distance.

 

L’amplification

 

Une telle quantité de haut-parleurs dans une même boîte peut inquiéter quant à l'amplification nécessaire. Rassurez-vous, deux canaux de D-80 suffiront, la moitié de la puissance alimentant les deux 14’’, l’autre moitié les six autres HP, avec des filtrages passifs qui, combinés aux alignements physiques entre les 10’’ et les médiums et à un travail sur la phase, notamment via les guides d’onde, permettent d’obtenir un résultat totalement constructif.

Les presets de la série SL sont bien entendu disponibles pour l’ampli et les logiciels de simulation.

 

Subs et infra, la boite « deux en un »

 

Pour le sub, une architecture « classique » de montage cardioïde.

 

 

Pour équiper ses sub, un modèle prévu pour être accroché, un second pour être posé, d&b a développé un tout nouveau haut-parleur de 21’’. Chaque SL-Sub en compte deux sur l'avant côtoyant un évent bass-reflex, et un sur l'arrière, associé à deux évents, pour l’utilisation en cardioïde. On retrouve l’esprit de recherche de compacité des caissons, qui seront plus faciles à manipuler, mais aussi plus aisés à suspendre pour construire des solutions de diffusion respectant les contraintes de limitation des basses fréquences.

Le sub s’alimente par deux canaux d’amplification. Suivant les presets qu'on lui associe, il peut être utilisé en renfort de basses ou en infra.

 

Proposer le kit complet

 

Fabriquer des enceintes performantes est une chose, imaginer dans le même temps un écosystème complet destiné à faciliter la mise en œuvre en est une autre. Le développement de la série SL a été émaillé d'échanges avec des exploitants, des chefs de parc, des roads, des riggers… Pour tendre vers une optimisation de l'ergonomie.

On a même le choix entre deux procédés d’angulation, en tension, comme on le connaissait jusque-là avec les autres séries d&b, mais également maintenant en compression. Les boîtes sont accrochées les unes aux autres à la verticale, limitant ainsi l'espace nécessaire au sol. Après le levage, on vient tendre avec un moteur la chaîne qui relie le bumper supérieur à un deuxième fixé en pied de banane pour réaliser la forme définie.

 

Le choix est donné à l’utilisateur de réaliser ses angulations en tension ou en compression, l’accastillage est prévu.

 

 

Autre idée intéressante, la sonde ArraySight permet d'aller mesurer la température et l'humidité de l'air aux endroits de l'atmosphère que la pression acoustique doit traverser, à proximité des haut-parleurs, et non plus seulement au niveau de la régie, comme on le voit souvent. Les données recueillies sont directement interfacées aux processeurs de traitement du signal, une embase de branchement du câble est prévue sur le nouveau rack d’amplis.

 

 

En conclusion

 

La série SL représente la compilation d’un immense travail de recherche et développement réalisé depuis plus de cinq ans par la marque allemande. Historiquement réfractaire à l’utilisation de haut-parleurs 15’’, considérés comme traînant trop, induisant beaucoup de distorsion et nécessitant un coffret trop volumineux, d&b est pourtant parvenu, sans renoncer à son crédo, mais par la recherche de nouvelles solutions, à produire dans ses têtes un haut-parleur virtuel de 16,8’’. Mais c’est sur l’aspect du contrôle de la dispersion que d&b frappe le plus fort, permettant non seulement une diminution drastique de l’onde arrière qui pollue le plateau, mais également, et cela rejoint les préoccupations de notre dossier sur les nouvelles réglementations, un contrôle bien plus efficace de l’émergence sonore du son diffusé.

More art, less noise. C’est bien de cela que l’on parle.

 

Rendez-vous à Francfort en 2018 pour le lancement officiel.

 

 

Les captures d'écran ainsi qu'une grande partie des informations de cette pages sont issues de la série de trois vidéos très bien troussées que le fabricant d&b a consacré à la série SL. Retrouvez-les sur le lien ci-dessous :

 

https://www.sl-series.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square